Hemptinne : Ferme d'Aywières



Architecture
Vaste ferme en quadrilatère isolée, construite à plusieurs époques.
Au nord, le logis a été entièrement refait au XIXès, à partir d’une construction du XVIIIès dont ne subsiste que le pignon aigu à épis. Il se compose de deux niveaux en brique et pierre bleue sur un soubassement en pierre, percés d’une fenêtre à traverse et d’une à meneau.



A l’angle sud-ouest, s’élève une tour circulaire de la fin du XVIIès, transformée au XVIIIès en chapelle s’ouvrant par une porte à linteau droit avec médaillon gravé “ MATER CHRISTI ” et d’une Vierge habillée.
Le mobilier intérieur, fort dégradé, a été retiré il y a quelques années et est conservé dans le logis principal. Le côté sud, construit au XVIIès, est occupé par des étables et le porche d’entrée avec portail surbaissé sur montants chaînés. Les bâtiments sont en brique et pierre bleue sur soubassement de grès. Du côté cour, les portes sont en anse de panier sur montants à chaînages.


Grange en longGrange de style traditionnel
L’ensemble possède trois granges d’époques différentes. A l’ouest, chaînée aux angles, s’élève une grange en long du XVIIès, de brique et pierre bleue sur soubassement de moellons. Elle est datée “ Damme teigles de/collinée abbaisse/Dayywiers l’an 1703 ” sur une pierre armoriée placée au-dessus du portail surbaissé. Enfin, au nord-ouest, au XIXès, on construisit en dehors de la ferme une troisième grange de style traditionnel.

Historique
Une abbaye de religieuses cisterciennes avait été fondée en 1202 aux Awirs, près de Liège. Après un court séjour aux Alloux (La Hulpe), elles se fixèrent définitivement à Couture-Saint-Germain.
Elle acquirent bientôt à Hemptinne et à Boneffe non seulement des dîmes ecclésiastiques, mais encore des biens-fonds considérables d’origine seigneuriale. Lorsque l’évêque de Liège, Hughes de Pierrepont (1200-1229) prit sous sa protection l’abbaye d’Aywières, il cita parmi leurs possessions le dîme et la terre de Boneffe et de Hemptinne. Une charte du mois de mai 1221 mentionne la grange (ou la ferme) de Hemptinne. Un mesurage de 1385 fait à la demande de Jeanne de la haie, abbesse d’Aywières, évaluait les biens de la cense du couvent à Hemptinne à 90 bonniers et 28 petites verges. En 1750, un autre mesurage les estimait à 161 bonniers et quelques verges.
A la Révolution, la ferme fut achetée par son locataire, Monsieur Gilson-Paillet. Elle passa ensuite ensuite à ses quatre enfants dont trois moururent célibataires, laissant la propriété à leur s½ur Louise qui avait épousé Monsieur Clément Dupont. C’est un de ses descendants, Monsieur Fernand Dupont qui l’exploitait jusqu’à cette année 1996. Elle fut ensuite vendue.




Citons quelques-uns de ses locataires. La ferme était exploitée en 1675 et 1688 par Jean Decoux ; en 1715 par Melchior-Bernard Decoux, son fils, jusqu’en 1734. De 1734 à 1760 par Maximilien Phillipart puis par ses filles dont l’une épousa Jean-Hubert Paillet. En 1797, Jeanne-Louise Paillet, fille de ces derniers, épousa Casimir Gilson qui devint propriétaire de la ferme.



Avec la collaboration de Serge Chasseur.