Hemptinne : Ferme du Presbytère


Architecture
Petit quadrilatère en brique chaulée et pierre bleue des XVIIIe et XIXès dont les volumes compacts sont ramassés autour d'une cour rectangulaire.

On entre par un beau porche-colombier harpé aux angles du 3ème quart du XVIIIès, dont le portail harpé est en arc surbaissé et muni de chasse-roues. Il possède un toit d'ardoises à la Mansard.

Dans l'axe s'élève un imposant logis de style classique. La bâtisse enduite est à double corps et deux niveaux sur un soubassement de calcaire, cantonnée de harpes et rythmée par cinq travées de fenêtres bombées. La porte moulurée est à traverse incurvée et précédée d'un perron à double volée que limite un garde-corps Louis XV en fer forgé avec intiales C.D.L.C.
Au nord de la cour, petite grange en large de la fin du XVIIIès, coiffée d'une bâtière d'ardoises et d'éternit à croupettes.

Historique
Le premier presbytère mentionné dans les archives provient de la fondation de Guillaume de Hoccorgne, en date du 13 septembre 1647. Dom Pierre Michaux, natif de Charleroi, bachelier en théologie et moine à l'abbaye de Bonneffe, fut promu à la cure par son abbé le 25 mai 1764 et y installé le 23 juin. A son entrée à la cure, il trouva la maison pastorale dans un délabrement tel qu'elle était à peine habitable.
Il s'adressa aux dames d'Aywières, décimatrices, pour en obtenir la reconstruction. Cells-ci refusèrent parce que cette dépense n'était pas comprise dans les charges de la dîme. Le Conseil Provincial de Namur dona raison aux dames, mais en appel, la cour de Malines condamna les dames d'Aywières à faire construire la maison pastorale conformément aux plans exhibés par le curé.


Le curé Michaux, devenu abbé de Boneffe, contribua néanmoins au parachèvement de la maison. Il construisit "deux caves, les étableries, moyennant la briquetrie et la chaux que madame l'abbesse d'Aywières a donné gratis, les cochonneries, la fermeture de la cour avec le pigeonnier, la terrasse et le cabinet du jardin."
Ce presbytère fut alors vendu lors de la Révolution.
On rebâtit un nouveau prsbytère en 1837 en face, dans le fond du jardin de la cure actuelle Mais, construit sur un ancien étang asséché, il devint bientôt insalubre et inhabitable. La commune le démolit en 1881, après avoir construit en 1878-79 le presbytère actuel en face de l'église, dans le même jardin.

Avec la collaboration de Serge Chasseur.