Forville : Ferme de Séressia


Architecture
Grand quadrilatère formé de volumes chaulés, homogènes. Le logis est du XIXès. Les étables, en fort mauvais état, de la fin du XVIIIès, sont en brique et pierre bleue sur soubassement de pierre. Les portes et fenêtres ont un linteau droit. Les bâtières sont de tuiles.


Le corps de logis
Historique
D'après le cadastre de 1352, le premier propriétaire connu est un certain Gérard Markote. En 1425, suivant un autre cadastre, Arnould I Boseal de Thiribu lui a succédé. Il était le fils de Beauduin de Thiribu, arrenteur de la ferme Thiribu (voir ferme de Thiribut). De son épouse, Marie de Pagnart, il eut deux fils, dont Jacquemar Boseal de Thiribu, dit de Ceresial, qui lui succède. Arnould II Boseal de Thiribu, échevin de Huy, son fils, puis Arnould III Boseal de Thiribu, dit de Ceresial, possèdent la ferme à leur tour. Ce sera le fils de ce dernier, Arnould IV Boseal de Thiribu qui, d'après Lefort, héraut d'armes de la Principauté de Liège, vendit le bien de Séressia vers 1556.



Les étables
La ferme fut probablement vendue à Antoine de Stradiot, puisque celui-ci la vend en 1578 à Art Nollens, lieutenant-mayeur de la ville de Liège, dont l'épouse Josine de Lonchin possédait le château et la ferme de Seron. Sa fille Gertrude Nollens hérite du bien. Célibataire sans enfants, elle le lèguera en 1667 à son neveu Richard I de Hemricourt, seigneur du Ban de Meeffe, déjà propriétaire de la ferme de Seron et de la ferme de Gochenée. Richard II de Hemricourt puis Jean-Claude de Hemricourt, tous seigneurs successsifs du ban de Meeffe, lui succéderont (voir ferme de Seron). Le fils de ce dernier, Claude-Alexandre de Hemricourt, seigneur de Ramioul, recevra la Cense en héritage en 1762. Il la vend en 1778 à Antoine Ghijs, domicilié à Envoz, qui la revend à son tenancier, Guillaume Puraye, le jour du mariage de celui-ci avec Marie Streel d'Omal. En 1793, ce dernier sera assassiné à quelques pas de la ferme sur la route de Hannèche. Une croix en rappelle encore le souvenir.
Son fils, Servais Puraye, reprendra le bien. Il le revendra aux Libioulle, propriétaires du château et de la ferme de Seron.
La dernière représentante de cette famille, Blanche Libioulle, lèguera la ferme à son locataire, Mr.Mathy. La fille de celui-ci, Marthe Mathy, la vendra en 1976 à Jean-Marie Rigo, originaire de Thorembais-les-Béguines. Au décès de ce dernier, elle sera vendue en 1995 à la famille Leloup de Seressia.

Avec la collaboration de Serge Chasseur.