Château de Pontillas

Propriété privée.





“A une demi-lieue de là (Hingeon) sur le même chemin en “s'éloignant de Namur, le terrain s'abaissant insensiblement “sur la gauche, dégénère en une espèce de bocage planté de “saules et autres arbres aquatiques qui séparent le château de “Pontillas d'une partie du village du même nom. “Quoiqu'un tel abord ait quelque chose de triste, la vue de “cet édifice n'a rien que d'agréable, la beauté des bâtiments “réparant le désavantage du terrain. La principale entrée “regarde le midi, et répond à une avenue de haute futaie du “côté de l'orient: l'enceinte est ouverte, mais bordée d'un “étang qui lui tient lieu de fossé, défendu par deux grosses “tours; des autres côtés ce château est sans autre défense que “ses hautes murailles, bordées en quelques endroits “d'espaliers enfermés dans une grille de charpente.
“Ce château appartient à Monsieur le baron de Ponty, seigneur “d'Hingeon, Pontillas, Somme, Houssoy, etc...”. (1)


Ainsi s'exprime SAUMERY en 1744. GALLIOT, en 1788, le plagie quelque peu :

“ Le village de Pontillas est à trois lieues de “Namur, à portée du grand chemin qui mène de cette ville à “celle de Maëstricht, et à une demi lieue d'Hingeon. Une “espèce de bocage planté de saules et autres arbres aquatiques “sépare une partie de ce village d'avec le château du même “nom, et quoiqu'un tel abord ait quelque chose de triste, la “vue de cet édifice n'a rien que d'agréable, quoique les “environs soient fort marécageux...”.(2)

Le premier écrivait avant que le château ne prenne sa physionomie actuelle. Depuis, les tours et la haute muraille qui y sont décrites ont disparu, de même d'ailleurs que l'étang.


Suivons " Le Patrimoine Monumental ", déjà abondamment cité par ailleurs, dans sa description architecturale du château tel qu'il se présente actuellement.



Je vais maintenant m'efforcer de faire défiler devant vos yeux, les propriétaires successifs, aussi loin que mes recherches m'ont permis de le faire avec suffisamment d'exactitude.

I. Stassar de PONTILLAS laisse ses biens à son neveu.

II. Celui-ci, Ernoul de HEMPTINNE, chevalier est dit tenir vers 1400, trente livrées de terres qui lui viennent de son oncle précité. Il tient également à Pontillas, douze bonniers de bois, situés au bois de Capponval. Ce bois fait actuellement partie du bois de Bierwart. (4)

III. Ces fiefs furent relevés plus tard par Hermant de HORION, époux de Agnès de HEMPTINNE, la fille de Ernoul.(4)

IV. Cet Hermant de HORION vendit ces deux biens en 1427 à une autre Agnès de HEMPTINNE. Cette dernière en relève la propriété tandis que son père, Libert de HEMPTINNE, seigneur de Golzinnes en relevait l'usufruit.(5)

V. Cette seconde Agnès, mariée à Jean de FORIERE, eut un fils, Gilles de FORIERE qui, le 27 mai 1486, releva à son tour le fief de Pontillas. (6)
Il ne le garda pas longtemps.

VI. En effet, le 19 avril 1487, il le vend à Guillaume CHARLET et à son épouse Clarisse d'ARBRE. (7)

VII. Dix ans plus tard, le 6 mai 1497, leur fils aîné, Guillaume CHARLET, relève le fief (8). L

VII. Jean CHARLET, leur fils aîné, prend possession de la seigneurie au décès de son père.

IX. Jean CHARLET fit partie de l'échevinage de Namur en qualité de premier échevin.

X. Jean-Philippe de PONTY, leur double neveu, fit relief de la seigneurie le 15 novembre 1650.

XI. C'est Simon-Philippe-Ignace de PONTY, le fils aîné, qui hérite de tous les biens.
Mais je ne connais que peu de choses sur ce personnage qui mourut sans enfants peu de temps après la prise de possession de son héritage.


XII. Son frère, Jean-Philippe de PONTY lui succède. 


XIII. Son fils aîné, Charles-Joseph de PONTY, reçut de son père les diverses seigneuries le 24 juillet 1731. Il en fait le relief le 31 du même mois. (29)

XIV. François-Marie-Philippe de PONTY, leur fils encore mineur, comte de Fallais, hérite de la seigneurie de Pontillas. I

XV. Ils n'avaient probablement pas d'enfants, car ce fut la soeur, Marie-Constance-Augustine de PONTY, qui fit, le 24 mai 1784, relief de la seigneurie de Pontillas.

XVI. C'est ainsi que Caroline-Françoise-Joseph-Dorothée de MAROTTE, née à Ostin (Namur) et baptisée le 1er octobre 1775, devint la propriétaire du château et de la terre de Pontillas.
Elle épousa le 2 octobre 1806, Henri-Thomas HENAULT, né à Spa le 26 août 1779, fils de François et de Marie-Jeanne ANCIAUX.
Caroline mourra le 3 février 1809 à Liège. Devenu veuf après deux ans et demi de mariage, son mari se remariera avec Angélique-Désirée BERTRAND et mourra au château de Fallais le 12 janvier 1869.

XVII. Ils avaient un fils, Louis-Henri-Alexandre HENAULT, né le 21 février 1808 à Pontillas.

XVIII. Si un premier partage de certains biens eut lieu le 25 mai 1867, un second partage dans lequel était inclus le château eut lieu le 7 août 1870.
Ce fut la fille d'Arthur, Marie-Thérèse-Rosalie-Aline HENAULT qui en hérita.

XIX. Dans le partage survenu entre les deux enfants survivants, passé le 15 juillet 1929 par devant le notaire PETITJEAN d'Eghezée, c'est Aline-Eugénie-Marie-Madeleine-Ghislaine LAHAYE qui reçoit le château de Pontillas.

XX. Charles-Henry-Marie-Josaeph-Ghislain RAMET reprend le château. Il était né le 23 mars 1927 à Pontillas et y épousa le 5 septembre 1951, Marie-Noëlle DELCORDE, née le 25 décembre 1928 à Namur, fille du notaire de Noville-les-Bois.
Ils ont deux enfants: Christian, né le 18 août 1956 et Didier, né le 9 octobre 1959.



Pontillas est le seul château de la région qui, depuis 1487, se soit transmis par héritage. Depuis l'achat, le 19 avril de cette année lointaine, par Guillaume CHARLET, de génération en génération, de père en fils ou fille, d'oncle à neveu ou nièce, le patrimoine est resté familial.
Puisse-t-il en être de même durant de nombreuses années encore.

Serge CHASSEUR

GLOSSAIRE.
Alleu.- Terre de pleine propriété, affranchie de toute redevance, mais soumise à la justice du prince.
Fief.- Domaine concédé à titre de tenure par le seigneur à son vassal, à charge de certains services et redevances.
Relief.- Droit payé par les vassaux à leur suzerain lorsqu'ils prenaient possession de leur fief.
Fideïcommis.- Disposition testamentaire par laquelle une personne dispose d'un bien à des conditions prescrites.
Maire.- Président de la cour de justice.
Echevin.- Adjoint du maire.
Bourgmestre.- Sous l'ancien régime, représentant des manants, chargé de rassembler la dîme.
Verge grande.- A Liège: 4 ares 3589
A Namur: 4 ares 7288
Verge petite.- 1/20ème de grande verge.
Bonnier.- 20 verges grandes, soit à Liége, 87 ares 18, à Namur 94 ares 57. Charrue.- ce que l'on pouvait cultiver avec un seul soc, soit environ trente bonniers.



NOTES.


(1) SAUMERY, Les délices du Païs de Liege..., 1744, t.IV 1ère partie. pp
(2) GALLIOT, Histoire générale écclésiastique et civile de la ville et province de Namur, 1788, t. III, pp. 376-377.
(3) Le Patrimoine Monumental de la Belgique, Vol. V, Province de Namur, Arrondissement de Namur, t. 2 (N-Y), Soledi, Liège, 1975, pp. 661-664.
(4) Stan. BORMANS, Les fiefs du comté de Namur, Namur, 1875, XIVème siècle, p. 141.
(5) idem, XVème siècle, p. 258.
(6) idem, p. 359.
(7) idem, p. 360.
(8) idem, p. 379.
(9) idem, XVIème siècle, p. 487.
(10) alpher:
(11) H. de RADIGUES, Les échevins de Namur, ASAN, t. XXV, 1905, p. 183.
(12) Stan. BORMANS, op. cit., p. 534.
(13) H. de RADIGUES, op. cit., p.
(14) Stan. BORMANS, op. cit., p.590.
(15) P. BROUWERS, Les terriers du comté de Namur, Namur, 1931, p.170.
(15 bis) Je me permet de rappeler que Gochenée, Forville, Seressia, Seron, Meeffe, les fermes du Vertbois et de Narmont faisaient partie de la principauté de Liège.
(16) H. de RADIGUES, op. cit., p. 276.
(17) idem, p. 304.
(18) Stan. BORMANS, op. cit., XVIIème siècle, pp. 69 et 98.
(19) idem, p. 103.
(20) idem, p. 125.
(21) H, de RADIGUES, op. cit., p. 318.
(22) Stan. BORMANS, op. cit., p. 156.
(23) idem, p. 163.
(24) idem, p. 178.
(25) idem, p. 193.
(26) H. de RADIGUES, op. cit., pp. 387-388.
(27) Stan. BORMANS, op. cit, XVIIIème siècle, p. 57.
(28) F. LEFEVRE, Histoire d'Hingeon, mémoire dactylographié, s.d., p. 8.
(29) Stan. BORMANS, op. cit., p. 98.
(30) idem, p. 96.
(31) idem, p. 101.
(32) idem, p. 138-139.
(33) idem, p.141.
(34) F. LEFEVRE, op. cit., p. 10.
(35) Stan. BORMANS, op. cit., p. 147.
(36) idem, p. 162.
(37) idem, p. 209.
(38) idem, p.212.
(39) Eug. POSWICK, Histoire du comté de Fallais, Didier, Liège, 1890, pp. 126, 140 et 141.