Hemptinne : Ferme du Tourteau ou de la Neuve-Court


Architecture
Ferme hétérogène de brique chaulée et pierre bleue, en quadrilatère. A l’ouest, logis de la fin du XVIIIes d’un niveau sur soubassement en moellons surhaussé d’un étage au XIXes. Portes et fenêtres à linteau droit. Au nord, étables du XVIIes sur haut soubassement en moellons à chanfrein surbâties d’un étage en brique au XIXes. Portes cintrées à clé et impostes. L’intérieur est voûté sur colonnes toscanes. Fermant la cour, grange en large de la 1ère moitié du XVIIIes avec deux portes charretières parallèles cintrées sur montant à chaînages.




Historique
Le fief du Tourteau passa successivement au XIVes à Beauduin de Tripcée, à Walter du Manil et en 1380 au chevalier Arnould de Hemptinne. La tour, située sur la rive gauche de la Soile et qui faisait partie de la fief fut “ toute abattue à cause des guerres ” en 1430.
Vers 1480, il appartenait à François des Changes, écuyer, seigneur de Bouffu et Tahier. Son frère Robert en hérita et en fit relief le 20 août 1497.
Le 16 avril 1512, Jean, Seigneur de Hollogne-aux-Pierres, héritier du fief par sa femme Marguerite, fille de Robert des Changes, le vendit à Hugues Raingart, clerc de la ville de Namur.
A sa mort en 1527, ce dernier laissait deux filles : Françoise, épouse de François le Couvreur et Jeanne, de Thierry Groignart. Nicolas Marotte, seigneur foncier d’Arbre, acheta le 22 octobre 1558 à Thierry Groignart, veuf, et à son fils Hughes, la moitié de la ferme, et le 3 novembre 1558 l’autre moitié à François Couvreur. Son petit-fils François en hérita et fit relief le 23 avril 1605. Jean de Marotte, son frère, en fit relief le 21 février 1631 , en même temps que de la seigneurerie hautaine que son père, également prénommé Jean, avait acquise, ainsi que la ferme de Montigny, des moulins de Wasseiges et de Névaucourt. Sa veuve, Hélène-Philippe de Havrecht, en 1655, puis son fils, André-Guillaume de Marotte en 1668, en firent successivement relief.
Pressé par des besoins d’argent, André-Guillaume engagea ses biens à Jean-Jacques d’Hinslin. Celui-ci, à défaut de paiement, finit par les saisir.
Vers 1698, ils passèrent à Martin Salpin qui les revendit en 1708 à Godefroid de Smackers, seigneur de Mirwart. Son fils aîné, Nicolas-Edmond de Smackers en hérita à sa mort en 1733. Le fils de ce dernier en fit relief le 16 août 1766. Mais il mourut sans postérité en 1799 à Brux en Bohème. Sa s½ur Louise avait épousé Henri-Joachim d’Hoffschmidt, seigneur de Resteigne. La ferme seigneuriale passa au fils et au petit-fils de celui-ci ; puis à Léopold, baron de Goër, mort à Lesve en 1847, époux de Louise d’Hoffschmidt ; ensuite au chevalier Joseph-Adolphe de Moreau d’Andoy, qui avait épousé une demoiselle de Goër. La ferme devint la propriété de Victor, baron de Gaiffier d’Hestroy, mort en 1894, qui avait épousé en premières noces Marie-Louise de Moreau d’Andoy. Ses deux fils, Paul et Edmond, barons de Gaiffier, vendirent la ferme à Charles de Hemptinne, de Jauche, qui désirait acquérir une propriété au berceau de sa famille. Ce dernier la légua avec d’autres propriétés à l’Assistance publique de Namur. En 1977, Henry Montulet en devint propriétaire.

Avec la collaboration de Serge Chasseur.