Cortil-Wodon : Ferme de Récourt



Avec la collaboration de HISTOIRE et histoires Cortil-Hambraine-Wodon

1. Architecture (cfr. “ Patrimoine monumental de la Belgique ”, op. cit., pp. 128-129).

Rue de Noville. N° 103.

… À côté du logis et des étables reconstruites aux XIXe et XXe siècles, grange en long de brique et pierre bleue, sur soubassement en moellons calcaires, datée de 1790 sur le premier sommier au sud. Portail surbaissé et harpé. Bâtière d’éternit à croupettes.

Étables au nord de la fin du XVIIIe siècle, à deux nefs de trois travées couvertes de voûtes en voile sur doubleaux et colonnes. Bâtière d’éternit.

2. Histoire.

La cense de Recourt est mentionnée comme appartenant au prieuré de Géronsart, dès la fin du XIIIe siècle.

Elle le restera probablement jusqu’au 5 septembre 1797 quand, avec la "nationalisation" des biens d’église par les Français qui nous occupent, deux anciennes religieuses de Liège acquièrent la ferme avec ses 55 hectares de terres.

En l’an VI (22 septembre 1797 au 21 septembre 1798), les deux acheteuses la revendent à un certain Speder, négociant en la ville de Liège.

Le 23 octobre 1804, ce dernier la cède à Lambert Baré, tanneur en la ville de Namur.

En 1835, ce sont les héritiers de Lambert de Baré de Comognes qui en sont devenus les propriétaires (en raison de la chasse aux nobles menée par les révolutionnaires français, il avait probablement abandonné la particule de son nom pendant l’occupation française).

La ferme a été sans doute acquise lors de la "nationalisation" des biens ecclésiastiques, sous la période française.

Elle revient par succession à Raymond de la Motte de Baraffe, en 1844. Puis, en 1851, ce dernier la vend à Anna, sa fille.

En 1899, la ferme dont le corps de logis a été totalement reconstruit, passe par une nouvelle succession, à Camille, Marie et Marie-Augusta de la Motte-Baraffe.

Dès 1902, elle est vendue à un rentier de cette même famille, Albert-Auguste. Lors de son décès, elle sera partagée en 1923, entre Adolphe Drion de Chapois et Marie de Lamotte-Baraffe.