Cortil-Wodon : Ferme de Baugnet

Avec la collaboration de HISTOIRE et histoires Cortil-Hambraine-Wodon


Architecture (cfr. “ Patrimoine monumental de la Belgique ”, op. cit., p. 129).

… Vaste quadrilatère reconstruit dans la première moitié du XVIIIe et au XIXe siècle, composé de bâtiments en brique peinte et pierre bleue, sur soubassement goudronné. Au nord-est, portail surbaissé daté à la clé de 1812. Bâtière d’éternit à croupes.

En face, logis exhaussé en 1922, jadis sous la même bâtière que les étables qui la jouxtent. De cette aile, ne subsistent du XVIIIe siècle que deux portes en plein cintre à clé et montants à queues de pierre.

Sur les côtés nord-ouest et sud-est, étables du XVIIIe siècle remaniées au XIXe.

Grange en long du XIXe siècle, avec portail cintré et harpé. Bâtière d’ardoises.

Histoire.

Une charte de 1229 signale que Gilebert de Bawigne détient le manoir du même nom et 40 bonniers de terres qui l’entourent. Il revient successivement à deux de ses fils, Henneman de Bawigny (1275-1313), puis Baudouin.

Vers 1343, Jehans de Bawigney l’obtient à son tour, puis vers 1380, Balduwin, fils du précédent relève la seigneurie de Bawingny et en assure la gestion pour la fille mineure de son frère, Pirlot.

Le 17 juillet 1403, la cour de Namur désigne Jeliane, fille de Pirelet de Bawingney et épouse de Jean delle Venne, comme héritière de la terre de Bawingnei.

Le 13 juillet 1441, Jehan dele Vene, fils de Jehan, reçoit l’usufruit de la terre de Bawingny de Henrart de Bawingni, dit le Bourguignon.

Le 21 mars 1462, Pirlot, fils mineur de Jehan dele Vene, hérite de la terre de Bawigny, à la suite du décès de son père.

Le 14 novembre 1485, Jehan, fils de Pierelot dele Vene, hérite du fief de Bauwigny, à la suite du décès de son père, sauf l’usufruit accordé à sa mère, Margritte de Forvye. Jaque de Forvye, son oncle, est son mambour.

Le 23 janvier 1505, Jehan dele Vene, fils mineur de Jehan et de Marie de Hambraine, reçoit le fief de Baveigni, qu’il partage avec Gérard bâtard de Berlo, mari de sa mère.

Le 17 janvier 1560, Wibert, fils aîné de Jehan dele Veynne et d’Anne de Glymes, avec le consentement de ses frères J. et Gr., hérite du fief de Bavegney, qu’il cède aussitôt à Ambroise Bernard, de Jauce.

Le 7 octobre 1564, il vend à Gertrud Paheau, veuve d’Arnould de Longchamps, et à Marguerite sa fille, une rente sur le fief de Bavegnet.

C’est ainsi qu’Herman de Woelmont, époux de Josselette de Longchamps, en hérite le 14 mai 1574, à la suite du décès de sa belle-soeur, Marguerite.

Le 22 juin 1604, Jacques de Woelmont, fils d’Herman et Josselette de Longchamps, reçoit le charruage de Bavignet. Le 9 mai 1634, il hérite du fief.

Au décès de Jacques son père, Nicolas-Ignace hérite de Bavigny. Par testament, celui-ci le cédera à son tour à son neveu, Charles-Alexandre, qui devient propriétaire le 29 juillet 1722.

Le 4 décembre 1733, Charles-Alexandre de Woelmont cède la cense de Bavegniez à Nicolas-Ignace, son fils aîné. La veuve de ce dernier, Angélique-Thérèse, comtesse d’Argenteau, en reçoit l’usufruit le 5 mai 1791.

En 1835, le bien appartient à la veuve de Frédéric de Woelmont, qui demeure à Brumagne.

En 1868, par succession le bien aboutit au comte Charles de Villers. En 1886, il le vend cependant à Charles de Hemptinne, industriel à Gand.

Sa fille, Francisca, dite Fanny, rentière à Oostacher, en hérite et conserve le bien jusqu’en 1927 au moins.